JEUX ET ACTIVITÉS

L'addiction aux jeux vidéo : ce que c'est, comment la reconnaître et les conseils de la science

Depuis leur apparition dans les années 1980, les jeux vidéo sont devenus un élément fondamental de la vie des enfants et des adolescents (mais aussi des adultes). La consommation de matériel de jeux vidéo a augmenté au fil des ans au point de générer une industrie d'un milliard de dollars chaque année.

Cependant, les enfants, surtout les plus jeunes, sont de plus en plus exposés et immergés dans ce monde virtuel, et de telles situations peuvent facilement conduire à de véritables addictions. C'est précisément l'étude menée, en Italie, grâce à un accord entre le département des politiques antidrogue de la présidence du Conseil des ministres et le Centre national des addictions et du dopage de l'Istituto Superiore di Sanità.

L'un des plus grands experts en cybersécurité est également intervenu et a donné des conseils très utiles sur la manière de détecter les malaises chez les enfants et d'y remédier.

Freepik
L'addiction aux jeux vidéo : ce que c'est, comment la reconnaître et les conseils de la science
Depuis leur apparition dans les années 1980, les jeux vidéo sont devenus un élément fondamental de la vie des enfants et des adolescents (mais aussi des adultes). La consommation de matériel de jeux vidéo a augmenté au fil des ans au point de générer une industrie d'un milliard de dollars chaque année. Cependant, les enfants, surtout les plus jeunes, sont de plus en plus exposés et immergés dans ce monde virtuel, et de telles situations peuvent facilement conduire à de véritables addictions. C'est précisément l'étude menée, en Italie, grâce à un accord entre le département des politiques antidrogue de la présidence du Conseil des ministres et le Centre national des addictions et du dopage de l'Istituto Superiore di Sanità. L'un des plus grands experts en cybersécurité est également intervenu et a donné des conseils très utiles sur la manière de détecter les malaises chez les enfants et d'y remédier.
Freepik
Internet Gaming Disorder
Ce terme récemment inventé fait généralement référence au désir ou à l'envie de participer à des jeux vidéo en ligne, souvent avec d'autres personnes qui ne sont pas physiquement présentes sur les lieux, et d'avoir une telle envie que cela devient une activité compulsive, au point de causer un inconfort psychologique important.
Freepik
L'étude italienne
L'étude a été menée en Italie grâce à un accord entre le département de la politique antidrogue de la présidence du Conseil des ministres et le Centre national pour la toxicomanie et le dopage de l'Istituto Superiore di Sanità. L'enquête a pris en compte plus de 8700 jeunes âgés de 11 à 17 ans, dont environ 3600 collégiens et 5100 lycéens.
Freepik
Les résultats généraux de l'étude
L'échantillon interrogé a été considéré comme représentatif de l'ensemble de la population nationale d'adolescents et a été mené dans le but d'analyser les comportements à risque de la génération Z, en particulier les addictions, non seulement aux jeux vidéo, mais aussi à la nourriture et aux réseaux sociaux. D'après les résultats, on estime qu'au moins 500 000 enfants et adolescents italiens sont touchés par ce trouble causé par l'addiction aux jeux vidéo, et pas seulement en ligne.
Freepik
Les données obtenues sur l'Internet Gaming Disorder
Le risque de malaise dû aux consoles (Internet Gaming Disorder) concerne environ 12 % des élèves (plus ou moins 480 000 garçons italiens), en particulier les garçons : le pourcentage atteint 18 % chez les collégiens et 13,8 % chez les lycéens (alors qu'il est de 10,8 % dans les collèges et de 5,5 % dans les lycées pour les filles). En ce qui concerne l'âge, c'est au collège que le danger est le plus grand, avec 14,3 % de garçons potentiellement en danger, mais ce chiffre tombe à 10,2 % au lycée.
Freepik
Facteurs associés à la dépendance aux jeux vidéo
Les problèmes résultant de l'abus de jeux vidéo sont doubles : le risque de "dépression modérément sévère ou sévère" est 5,54 fois plus élevé chez les 11-13 ans et 3,49 fois plus élevé chez les 14-17 ans. En ce qui concerne un autre aspect, à savoir l'anxiété sociale, le risque de la développer est ici 3,65 fois plus élevé que la moyenne chez les 11-13 ans et 5,80 chez les 14-17 ans.
Freepik
Ne pas diaboliser l'usage, mais l'abus
Le problème, bien sûr, ne vient pas des jeux vidéo eux-mêmes. Des études ont montré qu'une exposition modérée aux jeux vidéo améliore la coordination œil-main, les réflexes de base et la mémoire. Cependant, lorsque l'on tombe dans l'abus, l'impact de ces comportements négatifs sur la vie de tous les jours entre en jeu.
Freepik
Les parents doivent tirer la sonnette d'alarme
Selon l'expert en sécurité informatique Lauren Mak de VPNOverview.com, certains signes peuvent révéler ce type d'addiction. Par exemple, le manque d'intérêt pour les activités qui les attiraient auparavant et, en même temps, le manque d'envie de participer à des activités autres que les jeux vidéo. D'autres symptômes sont l'irritabilité, les sautes d'humeur, l'impatience, l'anxiété et la colère en l'absence de jeux, même pour de courtes périodes ; l'insomnie et les changements d'habitudes alimentaires ; l'incapacité à prendre soin de son hygiène personnelle ; une mauvaise concentration à l'école ; et une diminution de l'empathie dans les relations avec les autres.
Freepik
Les causes du développement de la dépendance
Selon l'expert, les causes sont multiples. Tout d'abord, les enfants sont désormais exposés aux jeux vidéo et aux tablettes dès leur plus jeune âge, ce qui n'était jamais arrivé auparavant dans l'histoire de l'humanité. De plus, les jeux vidéo d'aujourd'hui sont de plus en plus stimulants et addictifs, avec des graphismes et des histoires qui sont conçus pour garder le joueur collé à l'écran. De plus, pour de nombreux enfants, cela pourrait être un moyen d'échapper à la réalité dans laquelle ils vivent, peut-être avec des situations familiales ou scolaires difficiles. Enfin, selon l'expert, les enfants particulièrement anxieux ou souffrant de troubles de l'attention seraient plus enclins à devenir dépendants des jeux vidéo.
Freepik
Quelques conseils utiles
Dans ces cas, le comportement des parents joue un rôle important. Ces derniers ne doivent pas avoir peur de parler ouvertement avec leur enfant de toute cause de détresse psychologique dans sa vie. Montrer une utilisation responsable des écrans est également un bon point de départ. Tradition : si le parent n'en abuse pas, l'enfant sera lui aussi moins enclin à une utilisation intensive des jeux vidéo et des écrans. Par ailleurs, dès que vous remarquez les symptômes de sevrage de l'enfant, essayez de l'impliquer dans des activités stimulantes ou de lui offrir une distraction, comme la pratique d'un sport ou d'une activité en famille. En outre, le parent doit adopter une attitude positive à l'égard des jeux vidéo, en essayant éventuellement de s'y intéresser et de développer des conversations positives à leur sujet.
01/01/1970
01/01/1970
Informativa ai sensi della Direttiva 2009/136/CE: questo sito utilizza solo cookie tecnici necessari alla navigazione da parte dell'utente in assenza dei quali il sito non potrebbe funzionare correttamente.